menu more
Back

Critique : Adana de Vardan Hovanissian & Emre Gültekin

La ville d’Adana, située non loin de la frontière syrienne, côté Méditerranée, était autrefois l’une des villes les plus prospères et les plus agréables à vivre de Turquie, où arméniens chrétiens et musulmans ottomans vivaient en harmonie depuis des siècles. Mais lors du génocide arménien, la ville, comme d’autres villes et villages, fut incendiée et en partie détruite, et une partie des survivants arméniens éparpillés à travers le monde...

C’est le nom de cette ville, devenue tout un symbole pour les Arméniens, qu’ont choisi nos deux artistes, l’un arménien et l’autre turc, Vardan Hovanissian au duduk et Emre Gültekin au saz, pour cet album qui marie leurs deux musiques, qui ne faisaient qu’une autrefois. Car musiques arméniennes et musiques turques s’entremêlent depuis longtemps, puisque leurs populations s’entremêlaient, et il n’est pas question ici de "fusion" ou de "mariage", mais d’une musique qui a une matrice commune, ces rives d’Asie Mineure porteuses de civilisation, où souffle l’esprit depuis l’Antiquité et Alexandre Le Grand...

Le disque est produit par Muziekpublique, structure associative formidable, basée à Bruxelles, qui compte à la fois une salle de spectacles de 400 places programmant d’excellentes musiques du monde, et une école d’instruments du monde entier.

Le livret nous livre le résumé de chaque chanson, car la musique chez les peuples meurtris est souvent porteuse de messages. "Hrant Dink" est ainsi un hommage au journaliste turc d’origine arménienne assassiné en 2007 pour ses prises de position en faveur de la reconnaissance du génocide par la Turquie d’aujourd’hui. Adana évoque avec nostalgie les jours passés dans une ville que l’on a dû fuir. Hampere Hoqis évoque le retour au pays après un long exil.

Signe que les traditions ne meurent pas, même dans l’exil : plusieurs titres sont des chansons d’amour, traditionnelles, vantant la beauté des filles, ou celle des paysages de la région. Parce que la joie doit toujours rester plus forte que la tristesse, même, et surtout, chez les peuples blessés par l’Histoire...

Article : Adana


Vardan Hovanissian et Emre Gültekin

LABEL
Muziekpublique

BOOKING
France, Belgium
Hélène SECHEHAYE
helene@muziekpublique.be

Nederlands
Bart VAN BESIEN
bart@muziekpublique.be

WEB
facebook.com/vardanhovemregul